Pourquoi For'Hom ?

L'existence de For'Hom tient à peu de choses.Nicolas Maurice, gérant de l'EURL For'Hom

Pourtant, ce "peu de choses" là tient dans une histoire simple :
Quand j'étais petit, et aussi loin que je me souvienne de cette période où mon grand-père m'emmenait me faire couper les cheveux chez son coiffeur, les salons pour hommes avaient souvent cet aspect désuet où se mélangeaient des odeurs puissantes d'eau Cologne et de savon à raser séché, où, l'été, on restait collé aux dossiers de vieux fauteuils grinçants, au skaï élimé, sur lesquels un coiffeur, presque un ami de la famille, adaptait une vasque pour vous laver les cheveux.

A cette époque, on glissait encore deux ou trois bottins sous mes fesses, mais je passais le plus souvent du temps les bras tendus, arc-boutés sur les accoudoirs pour gagner de la hauteur. De toute évidence, il aurait fallu un quatrième bottin pour que le coiffeur ne me dise plus "Ne bouge pas comme ça petit, sinon je vais te couper une oreille !".

Par ailleurs, il y avait les salons de coiffure pour dames, parfois précieux, toujours à la pointe de la technique en matière d'indéfrisables, de mises en pli et autres prouesses de mise en forme capillaire.
La coiffure pour femmes est allé beaucoup plus vite sur l'échelle de l'évolution du soin du cheveu, si cette échelle existât un jour. Et quand les salons devinrent mixtes, ce fut comme  la rencontre de  l'homme de Néanderthal (lourd, taillé pour l'effort et pourtant plein de ressources) et d'Homo-Sapiens (svelte, racé et habile)...

Bref, quand beaucoup plus tard, à mon tour, j'embrassai la profession, il y avait toujours autant peu de place consacré aux hommes dans ces salons de coiffure mixtes. L'homme avait besoin d'un espace qui lui soit entièrement consacré.
Ma décision était prise... Il fallait rendre ses lettres de noblesse à cette activité de coiffeur-barbier pour homme, mais un coiffeur-barbier d'aujourd'hui, moderne, bien loin de celui de mes souvenirs d'enfance.


Vint alors le salon For'Hom à Orléans dans lequel je vous invite aujourd'hui.